Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tant qu'Omar El-Béchir sera Président du Soudan

Tant qu'Omar El-Béchir sera Président du Soudan, aucune paix durable ne sera possible

Au Soudan, les combats qui ont repris au Darfour après quelques mois de calme relatif inquiètent l'Union européenne ainsi que la troïka pour le Soudan, composé des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Norvège. Ces pays ont appelé à la fin des combats dans la région du Darfour, dans l'ouest du pays. Ces nouveaux combats entre les forces gouvernementales et une faction rebelle du Darfour ont lieu alors que des négociations de paix se tiennent à Khartoum depuis mardi.

Cela fait deux semaines que les combats entre les forces soudanaises et une faction de l'Armée de libération du Soudan, la faction Mina Minawi, ont repris dans les deux régions du Nord et de l'Est du Darfour. Dans cette guerre récurrente,chaque camp accuse l'autre de violer le cessez-le-feu. En janvier dernier, Khartoum avait décrété un cessez-le-feu unilatéral. Un calme relatif s'était installé jusqu'à ce nouveau combat. En cause pour la faction rebelle de Mina Minawi, des pourparlers de paix biaisés, selon eux, avec le pouvoir.

« Mercenaires »

Cette branche de l'Armée de libération du Soudan accuse le gouvernement de vouloir imposer un traité de paix aux rebelles. Un texte « dont les clauses sont rédigées selon les conditions du vainqueur », selon eux. De son côté, l'armée soudanaise pour justifier la reprise des combats, a diffusé des images de rebelles capturés décrits par Khartoum comme des « mercenaires » venus de Libye et du Soudan du Sud.

Contexte explosif

Un contexte explosif alors que deux autres factions rebelles du Darfour Justice et égalité et l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahed Nour sont arrivés à Khartoum et disent vouloir rejoindre les négociations de paix avec le pouvoir. Ces combats ont lieu alors que les Etats-Unis s'apprêtent à lever dans quelques semaines des sanctions économiques imposées sur Khartoum.

RFI, 3 juin 2017

Écrire un commentaire

Optionnel