Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ANTISEMITISME

  • Journée nationale de la #Résistance 2017

    A l'occasion de la Journée nationale de la #Résistance fixée au 27 mai 2017 ; j'ai accueilli la chorale des enfants des écoles du 119 Simon Bolivar & la chorale de #Paris

    Cette cérémonie s'inscrit dans notre programme du #MoisDesMémoires

    L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

    Tres fier d'avoir rappelé l'importance de la Journée nationale de la #Résistance et l'actualité de l'engagement mémoriel #Paris #Paris19

    • Monsieur le Président du comité d’entente des anciens combattants, cher Jean Claude,
    • Monsieur le Président du comité du 19e de l’association Nationale des Anciens Combattants et amis de la résistance, cher Robert
    • Mesdames et Messieurs les anciens combattants
    • Messieurs les députés,
    • Mesdames et Messieurs les élus,
    • Madame MAHAMDI-DELACROIX Directrice de l'école élémentaire 119 Simon Bolivar B
    • Cher Monsieur Maurice Ould Abdesslam Directeur de l'école Simon Bolivar A
    • Chers enfants,
    • Mesdames et Messieurs de la Chorale de Paris,
    • Mesdames, Mesieurs,

    C’est avec beaucoup d’honneur et d’émotion que je m’adresse à vous en ce jour, à l’occasion du 74e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance devenue Journée à la demande des associations d’anciens combattants Journée nationale de la Résistance.

    Je suis fier de rappeler qu’il y a exactement 74 ans, le 27 mai 1943, eut lieu la première réunion du Conseil National de la Résistance.

    Je suis honorée de m’exprimer face à vous à l’occasion de la 4e journée nationale de la résistance et de pouvoir ainsi rendre hommage à toutes les formes de résistance qu’a connue notre pays sous le Régime de Vichy et lors de l’occupation.

    En effet, à côté des gens en arme, des courageux maquisards, il y eut aussi une désobéissance civile, une résistance, qui pour être civile, n’en fût pas moins efficace. Je pense notamment aux Justes de France, ces milliers de héros de l’ombre, qui ont risqué leurs vies pour sauver les Juifs de France.

    La genèse de la Résistance fût avant tout une addition de révoltes individuelles d’hommes et de femmes ordinaires. Les raisons de leurs engagements furent multiples et les horizons politiques très différents. Comme le disait Jacques Chaban-Delmas. « Tout les séparait sauf l’essentiel ».

    Communistes comme Raymond Aubrac ou Henri Rol-Tanguy, socialistes comme Daniel Meyer et Pierre Brossolette, radicaux comme Georges Bidault, hommes et femmes de droite comme le furent Maxime Blocq-Mascart ou Marie Madeleine Fourcade ; Membres de Mouvements civils, du renseignement ou de l’action civile au sein des réseaux, cette lutte s’organise sur notre territoire et en dehors, à Londres.

    Aujourd’hui, nous ne pouvons qu’avoir une pensée émue pour les victimes du terrible attentat de Manchester.

    Avec l’appel du 18 juin 1940, le jeune Général de Gaulle se positionne comme « la boussole » de la Résistance et peu à peu, ne représentera non plus seulement le fantasme de la France Libre mais la République. La France, notre France était à Londres et dans les maquis.

    C’est la République, qui rassembla tous ces hommes. Jean Moulin, Préfet, représentant et garant de notre république, et le général De Gaulle, militaire et gardien de nos institutions, tous deux en rupture avec le gouvernement de Vichy étaient animés par la même force de conviction.

    C’est sous l’impulsion de Jean Moulin que se réunit la première fois, le 27 mai 1943, le Conseil National de la Résistance. Ce conseil a rassemblé des hommes et des femmes de sensibilités politiques et sociales différentes autour de l’essentiel, les valeurs de notre République.

    Cette exigence d’unité a mené à la victoire de ces individus différents, souvent opposés, mais qui ont décidé d’unir leur force pour défendre leurs idéaux de liberté, de justice et de dignité. Cette liberté, ces libertés, nous les leur devons.

    La France dans laquelle nous vivons aujourd’hui n’aurait pu voir le jour sans ces milliers d’autres héros ordinaires dont les noms ne sont pas restés gravés dans la mémoire collective, morts pour la République.

    Il ne faut pas non plus oublier tous ces hommes qui se bâtirent au sein des forces française libres, qu’ils aient quitté la Métropole, qu’ils viennent du Maroc, du Sénégal ou d’ailleurs. Ils sont tous nos héros.

    L’héritage du Conseil National de la Résistance, ce sont leurs valeurs, ce sont leurs témoignages, mais aussi un programme politique.

    Ce programme si merveilleusement intitulé : les Jours Heureux. Un programme dont les valeurs d’échange, de partage et de solidarité ont transformé le paysage français et ont donné naissance à notre modèle social ; ce modèle auquel nous sommes tant attachés.

    Ce programme a inspiré de nombreuses grandes réformes : l’émergence d’un droit au travail, la naissance du comité d’entreprise, la déclaration d’un niveau de salaire minimum. Une grande partie de ces principes sont devenus des Lois de la République.

    Les valeurs inscrites dans le Préambule de la Constitution de 1946 sont directement inspirés du programme du Conseil National de la Résistance.

    Le modèle social français en est issu et l’illustration la plus forte de cette transmission est la création de la Sécurité Sociale. Le système de santé français, qui déchaine aujourd’hui tant de passions et d’admiration de nos voisins européens et Nations du monde entier, nous le devons à ces hommes et à ces femmes.
    Enfin, n’oublions pas la Révolution que représenta le droit de vote des femmes.

    Nous devons nous montrer dignes de cet héritage en innovant tout en protégeant notre modèle social. Nous devons nous montrer à la hauteur de ce patrimoine en continuant à lutter contre l’essentiel : la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme et la haine.

    Le combat pour la liberté et la tolérance doit continuer à être mené avec une grande vigilance car ces combats ne sont jamais gagnés d’avance. Les libertés ne sont pas acquises, elles ont été conquises et peuvent encore être restreintes, violées et reprises.

    Nous devons garder vivante une parole en veillant toujours à la transmettre aux jeunes générations. Il s’agit de la responsabilité de la communauté nationale, en dépit du temps qui passe, que de porter notre mémoire.

    Je tiens à saluer le travail de mémoire entrepris sans notre arrondissement, associant l’éducation nationale, les associations d’anciens combattants et la Mairie.


    Ainsi, je suis fier que notre Mairie puisse accueillir aujourd’hui la chorale les écoles A et B du 119 Simon Bolivar accompagné de la chorale de Paris.


    Je suis également très fier de clore la 2ème édition du Mois des Mémoires par cette belle cérémonie.
    Je suis tout aussi fier que Robert Endewelt, président du Comité du 19e de l’association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistances soit bientôt décoré de la Légion d’honneur. Cette distinction représente une reconnaissance de l’immensité de son témoignage.

    Je vous remercie.

    L’image contient peut-être : 22 personnes, personnes debout, foule, chaussures et plein air

     

    L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

    L’image contient peut-être : 1 personne, sur scène, foule et plein air

    Lire la suite

  • Hommage à Moïse, Perla et Jacques Beighel morts à Auschwitz

    Au 15 rue de Belleville, hommage à Moïse, Perla et Jacques Beighel, arrêtés, déportés et assassinés à Auschwitz en 1942, parce que Juifs.

    Lire la suite

  • La honteuse motion de l'UNESCO sur Jérusalem

    #UNESCO "Pas de lien entre le peuple Juif, Jérusalem, et le Mont du Temple" c'est faux, négationniste, antisémite et porteur de haines ; On ne peut pas bâtir la #Paix sur un mensonge !

    http://www.i24news.tv/…/127563-161013-l-unesco-va-voter-un-…

    Le 9 novembre, nous rendrons à la Mairie de Pairs 10e hommage au combat pour la paix de Rabbin, la paix se construit par le respect de l'histoire de l'autre.

     

  • Aujourd'hui un seul mot résume bien l'horreur du crime : lâcheté.

    Aujourd'hui un seul mot résume bien l'horreur du crime : lâcheté.

    S'en prendre à un homme de prières, s'en prendre à un homme de 86 ans, s'en prendre à un homme dans un temple sacré, s'en prendre à la tradition chrétienne et française d'accueil.

    Les lâches ont tués et voulu encore une fois s'en prendre à l'humanité et son universalité. Barbares et nazis voila ce que sont les disciples de Daesh,

    Nous sommes en guerre, ce énième crime semble par sa portée symbolique agir comme l'élément de bascule. Comme après le Bataclan il y'aura un avant et un après.

    Certains avaient prédits cette tournure dramatique des événements, il y'a encore quelques moi BHL annonçait l'Intifada des couteaux en Europe.

    Il y'a quelques années les crimes de Toulouse auraient du mobiliser alerter, ils furent minorer.

    Dans les années 2000, les néo-conservateurs et les gouvernements d'Europe se satisfaisaient de voir le terrain de guerre et l'embrigadement d'une partie de notre jeunesse se faire à Falludjah, ils oublièrent qu'un jour ces enfants de l'Europe reviendraient.

    D'autres ont laissé croitre la ghettoïsation et les discriminations et systématiquement remis en cause la légitimité des enfants français à être Français. En plus de fracturer notre société ce chaos social a servi de justificatifs au repli communautariste de jeunes désoeuvrés et favoriser l'embrigadement.

    La prise de conscience est lente, laborieuse, la conviction et la mobilisation de la société civile est plus dur que la conversion aux thèses djihadistes.

    Au delà du dégout de ces atrocités, le réveil des Républicains doit être au rendez-vous.

    Il est temps de s'attaquer à la petite et grande délinquance qui gangrènent notre jeunesse et crée de la porosité avec l'islamisme radical,

    Il est temps de repenser l'Ecole pour qu'elle redevienne un lieu de coexistence humaniste,

    Il est temps de s'interroger sur le rôle des parents et celui des prisons qui ne parviennent pas à véhiculer des valeurs humanistes,

    Il est temps de revoir la chaine judiciaire et mettre en place la Tolérance zéro (pas sa caricature) celle qui mobilise les moyens humains et financiers pour s'attaquer aux incivilités et aux actes plus graves en mobilisant prévention et répression,

    il est temps de s'attaquer aux prêcheurs de rue et aux chaines satellitaires et réseaux sociaux qui véhiculent la Haine de l'autre,

    Il est temps de trouver le budget et les effectifs pour protéger nos édifices publics et privés en admettant que la menace terroriste est réelle,

    Il est temps de prendre des cours de premiers secours et de se dire que la guerre est là,

    Il est temps de s'engager dans la vie citoyenne pour défendre nos valeurs et construire le monde dont on rêve, car "le monde d'hier" est bel est bien fini,

    Ils n'auront pas notre haine, mais ils n'auront pas non plus notre passivité.

    Unis contre le terrorisme !